• Accueil
  • L'AJI
  • Les traitements
  • Ma vie quotidienne
  • Actualités
  • Mes questions

J’ai 15 ans et, cette année, je passe en seconde. Du fait de ma maladie, on m’a toujours interdit de faire du sport à l’école alors qu’en dehors j’arrive à faire tout ce que je veux n’ayant plus de douleurs ni de limitation grâce aux traitements. Cela me met à l’écart des élèves de ma classe. Ai-je le droit de faire du sport dans le cadre scolaire ?

Réponse :

Bien sûr, il n’y a qu’une règle qui est l’interdiction de tout sport lorsque l’arthrite juvénile est active (risque de majoration de douleurs et de favoriser la persistance de l’inflammation). Par contre, si la maladie est en rémission, comme dans ton cas, les activités sportives, adaptées aux séquelles et aux douleurs, sont autorisées et même recommandées.

 

Bonjour, j’ai 19 ans et je suis sous Méthotrexate 15mg/sem en comprimés et Apranax 2cp par jour depuis 4 ans pour une arthrite juvénile qui est actuellement calme. Etant étudiant et donc avec peu de moyens financiers, je me demandais si c’était normal que je ne sois pas pris en charge à 100% ?

Réponse :

La prise en charge à 100% par la sécurité sociale (demande faite par le médecin traitant ou médecin référent) n’est pas attribuée sous des conditions de ressources mais selon l’importance et la fréquence des soins que nécessite l’arthrite juvénile.

Donc pour une arthrite juvénile contrôlée (donc peu de visites médicales) par des traitements peu coûteux comme le Méthotrexate (ici, coût annuel de 83 euros) et l’Apranax (ici, coût annuel de 174 euros), il n’y a pas de nécessité de recourir au 100%. 

Je suis actuellement  étudiante et traitée par Méthotrexate et Enbrel pour une AJI qui a débuté quand j’avais 6 ans. J’envisage de partir pour un échange universitaire en  Australie pour une période 6 mois.  Pourrais-je trouver mes traitements dans ce pays ?

Réponse :

Il est préférable d’emmener avec vous le traitement pour la durée de votre séjour. Pour l’Enbrel qui doit être conservé à 4°, il est nécessaire de le transporter dans une glacière et de demander à la compagnie aérienne (avec un certificat de votre médecin) de le maintenir dans un réfrigérateur pendant le vol. Il faut également emmener une ordonnance avec le nom de vos médicaments en « dénomination internationale » (DCI) faite par votre spécialiste. Demandez enfin à votre médecin de vous fournir un résumé de votre dossier (si possible en anglais) de façon à pouvoir éventuellement consulter un médecin sur place si nécessaire.