• Accueil
  • L'AJI
  • Les traitements
  • Ma vie quotidienne
  • Actualités
  • Mes questions

Vie de couple, Sexualité, Fertilité, Grossesse / Allaitement

Plusieurs études ont cherché à évaluer l’effet de l’AJI sur la vie de couple et la sexualité. Il est actuellement clair que d’avoir une AJI est tout à fait compatible avec le mariage et une sexualité normale. Plusieurs études ont démontré que le taux de mariage des patients AJI était similaire à celui de la population générale.

En ce qui concerne la sexualité, l’atteinte de certaines articulations et en premier lieu les hanches peut cependant avoir un impact sur la façon dont se passent les rapports sexuels.

Cependant, certaines astuces peuvent diminuer l’impact négatif que pourrait avoir le rhumatisme sur les relations sexuelles :

- préparer son corps : prendre un bain chaud avant, privilégier les préliminaires comme par exemple les massages, faire l’amour quand on est le moins fatigué voire prendre un antalgiques avant

- adapter les positions avec son partenaire (http://www.polyarthrite-rhumatoide.fr/tag/andar/)

Ce qui reste vrai est que l’acte sexuel est un très bon antalgique (libération d’endorphines) et que plus on fait l’amour et plus on a envie de le faire.

- La contraception doit avoir un double objectif : éviter d’être enceinte (pilule, préservatifs,...) et protéger contre les maladies sexuellement transmissibles (préservatifs seuls). La contraception, dans certains cas, est obligatoire : prise de traitements contre-indiqués pendant la grossesse (Méthotrexate, Etanercept, Adalimumab, Abatacept, Tocilizumab,...), déséquilibre important de l’AJI.

Tous les moyens habituels (pilule, préservatifs, stérilet, abstinence) de contraception sont efficaces et donc utilisables même s’il est possible (non démontré formellement) que l’efficacité du stérilet puisse être diminuée par les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Cependant, l’utilisation du stérilet est exceptionnelle chez les jeunes patientes n’ayant pas eu de grossesse auparavant.  

En ce qui concerne le nombre de grossesses par femme, il semble un peu moins élevé que celui de la population générale : c’est sans doute plus une question de choix de vie qu'une conséquence de la maladie. En effet, la fertilité n’étant pas différente dans les AJI, la grossesse doit être possible pour toutes les patientes. Néanmoins, avant d’envisager une grossesse des précautions sont nécessaires : il est souhaitable que  le rhumatisme soit contrôlé et que certains traitements soient arrêtés.

     - En effet, la grossesse peut avoir un impact sur le rhumatisme et vice et versa. Ceci nécessite donc le plus souvent de programmer une grossesse après en avoir parlé à son médecin. Il a déjà été démontré qu’une grossesse se déroulant alors que l’AJI est inactive ou peu active se passe en général bien, avec absence de poussée durant la grossesse. Cependant, après l’accouchement il faut revoir rapidement son médecin afin de discuter de la reprise rapide des traitements, selon la décision d’allaitement ou non. L’AJI n’est pas une maladie héréditaire, le risque de « transmettre » la maladie est donc quasiment nul.

     - Certains traitements sont à arrêter avant d’essayer d’être enceinte (colonne orange) alors que d’autres sont à arrêter dès que la patiente se sait enceinte (colonne rouge). Le tableau suivant reprend la marche à suivre concernant les traitements de l’AJI et la grossesse

 MEDICAMENTS AUTORISES

 MEDICAMENTS INTERDITS

A arrêter avant la fécondation

Nb de semaines

A arrêter pendant la grossesse

 Paracétamol

Méthotrexate
   Femmes
   Hommes

 
4-12
12

AINS

Corticoïdes

Etanercept
    Femmes

 
4-12  

 Autres antalgiques

Morphine

Adalimumab
    Femmes                    

 
12

 

 

Abatacept
    Femmes
    Hommes

 
14
14

 

 

Tocilizumab
    Femmes
    Hommes

 
12
12

 

 

Nous insisterons sur deux points :

- tous les traitements de la colonne orange, c'est-à-dire ceux à arrêter avant toute conception, le sont car il existe des preuves ou un doute sur un éventuel effet tératogène (effet entraînant une malformation pour le bébé). En conséquence toute prescription d’un de ces médicaments doit s’accompagner d’une contraception efficace (voir chapitre traitement).

- si une grossesse survient malgré tout sous anti-TNFα, l’expérience nous a montré que les grossesses étaient le plus souvent menées à terme sans augmentation manifeste d’un risque pour l’enfant. La règle reste cependant l’arrêt du traitement anti-TNFα et une surveillance étroite de la grossesse.

L’accouchement par voie basse est la règle dans les AJI cependant une petite taille (≤1m50), un bassin étroit ou une atteinte des hanches peuvent nécessiter que l’accouchement se fasse par césarienne. Le nombre d’accouchement par césarienne dans les AJI est, en effet, légèrement plus élevé que chez les autres femmes mais c’est loin d’être une fatalité. L’accouchement par césarienne est loin d’être rare, aussi, chez les femmes sans AJI (20%).   

L’allaitement n’est pas contre-indiqué, mais là aussi des précautions s’imposent et nécessitent une discussion avec votre médecin : les traitements contre-indiqués pendant la grossesse le restent pendant l’allaitement et en cas de récidive des symptômes du rhumatisme, la reprise des traitements peut être indispensable nécessitant donc l’arrêt de l’allaitement.